Pseudo

Mot de passe

Ton pseudo :Ton email :
Ton mot de passe :Ton année de naissance :









Note Doll
Note Loft
A vie
Cette semaine
18
18
0
0

Aucun commentaire

Lire tous les com'z

strangerpoeticjoker a 0 points de bonté.

strangerpoeticjoker
Niveau
1
Chanteuse
Flash

Tu n'es pas encore membre VIP !
Pour obtenir la pièce VIP et pleins d'autres avantages, tu dois être membre VIP !
Tu peux t'abonner à la semaine pour évoluer à ton rythme.
Si tu es déjà fan d'OhMyDollz, tu peux directement t'abonner pour plusieurs mois.

Rejoins le cercle très privé des membres VIP !

Image associée

 

"Dieu nous a abandonné, nous laissant seuls avec nos démons"

Résultat de recherche d'images pour

"Funeral Blues" by W.H Auden


"Stop all the clocks, cut off the telephone,

Prevent the dog from barking with a juicy bone, 

Silence the pianos and with muffled drum

Bring out the coffin, let the mourners come.

 

Let aeroplanes circle moaning overhead

Scribbling on the sky the message "He is dead".

Put crepe bows round the while necks of the public doves,

Let the traffic policemen wear black cotton gloves.

 

He was my North, my South, my East and West,

My working week and my sunday rest,

My noon, my midnight, my talk, my song;

I thought that love would last forever : I was wrong.

 

The stars are not wanted now; put out every one,

Pack up the moon and dismantle the sun,

Pour away the ocean and sweep up the wood;

For nothing now can ever come to any good."


Image associée

 

"Toute seule dans l'ombre,

Entourée par la nuit,

Nymphe au regard sombre,

En silence, je souris

Viens avec moi,

Rejette la lumière,

Et la mort à ton bras

sera ta cavalière"

 

Résultat de recherche d'images pour

 

La vie et la mort de Samcro, comment les Sons of Anarchy ont perdu leur route, par John Thomas Teller. Pour mes fils, Thomas, qui est déjà en paix et Jackson, que lui ne connaisse jamais cette vie de chaos.

 

Comment les Sons Of Anarchy ont trahi leur ideal, par John Teller

 

La plupart d'entre nous n'étaient pas violents par nature, nous avions tous nos problèmes avec l'autorité, mais aucun d'entre nous n'était antisocial. Nous avions compris que dès qu'on se plaçait en marge de la société on renonçait à la sécurité que son cadre procurait. Hors du carcan social, le sang et les balles sont l'u*** loi. Si t'es un homme de conviction, le recours à la violence est inévitable.

Quand on passe à l'action pour venger ceux qu'on aime, la justice personnelle entre en conflit avec la justice sociale et divine. On devient le juge, le jury et dieu. De ce choix découle d'effrayantes responsabilités. Certains hommes plient sous leurs poids, d'autres abusent de ce moment. Le vrai hors la loi trouve l'équilibre entre la passion de son cœur et la raison de son esprit. La solution est toujours un équitable mélange de pouvoir et de devoir.

La première fois que j'ai lu Emma Goldman, ce n’était pas dans un livre. J'avais 16 ans j'étais allé trainer près de la frontière du Nevada. La citation était peinte sur un mur en lettres rouges. Quand j'ai lu ces mots j'ai eu l'impression qu'on me les arrachait du plus profond de mon esprit.

 

     "L’anarchie"

"symbolise la libération de l’esprit humain de l’aliénation de la religion, la libération du corps humain de la domination de la propriété, la libération des chaînes qui nous lient à l’oppression des gouvernements. Elle défend un ordre social fondé sur la libre association entre individus "

Le concept était pur, simple, vrai. Il m'a inspiré. Il a allumé en moi le feu de la révolte. Mais finalement, j'ai appris la même leçon que Goldman, Proudhon et bien d'autres. Que la véritable liberté s'acquiert au prix de sacrifices et de souffrances. La plupart des hommes croit vouloir être libre mais la vérité est qu'ils se complaisent dans le carcan de l'ordre social, des lois rigides et du matérialisme. La seule liberté à laquelle l'homme aspire réellement c'est celle du confort matériel.

Plus je vieillis, plus je me rends compte que l'âge n'apporte pas la sagesse. Mais seulement la lassitude. Je ne suis pas plus intelligent qu'il y a trente ans. Je suis simplement trop fatigué pour continuer à jongler avec les mensonges et à cacher mes peurs. Le fait d'être conscient ne permet pas de révéler ses faiblesses. C'est l'épuisement qui les révèle.

A l'intérieur du club la vérité devait régner, notre parole c'était notre honneur. Mais à l'extérieur tout n'était que tromperie. Le mensonge était notre défense, notre défaut. Le mensonge et la vérité devaient sembler identiques. Mais quand on a acquis ce savoir-faire, personne ne sait ce qui est vrai à l'intérieur du club ou à l'extérieur. Surtout pas toi.

Einstein à dit que n'importe quel homme intelligent pouvait avec une touche de folie rendre les choses plus grandes, plus complexes, plus violentes. Mais il faut une touche de génie et beaucoup de courage pour faire évoluer quelque chose à contrecourant. Je me rends compte que ma touche de génie et mon courage n'ont pas suffi et sont venus un peu tard. J'ai peur que pour Samcro il soit trop tard pour choisir une autre voie.

Je n'ai jamais consciemment décidé que le club soit une chose ou une autre. Ça s'est passé devant mes yeux, chaque événement violent était le catalyseur du prochain, et au moment où la violence a atteint des proportions épiques, je ne le voyais pas, le sang était de toutes les couleurs...

 

A mon plus vieux, plus cher et plus sage ami

Ce que nous avons entrepris ensemble, était une bonne chose, pour une bonne raison. Ce que nous sommes devenus est une chose différente, pour des raisons qui m'échappent. Je sens ma colère monter en puissance, et je ne sais plus combien de temps il me reste dans cette veste que j'aime tant.

Ce livre, c'est pour tout ce que nous voulions et pour ce que nous pouvons encore être. Je t'aime, mon frère. J.T.

 

J'ai conscience que dans ma spirale du désespoir, je tombais dans un abysse créé par mon absence de grâce envers l'humain. La plus évidente étant le pardon. Si j'étais trompé par quelqu'un, dans ou en dehors du club, je voulais une compensation... en argent ou en sang. Pas question de tendre l'autre joue. Quand les rapports humains deviennent un livre de comptes, on n'a ni amis ni êtres chers, rien que des plus et des moins. On est complètement seul.

 

J'étais perdu dans mon propre club. J'avais peu confiance, je craignais beaucoup. Les nomades offraient l'évasion et l'exil. Je ne savais pas si mon départ aurait guéri ou tué ce qu'on avait créé. Je ne savais pas si c'était de la force ou de la lâcheté. Je ne savais pas. Donc, je suis resté. Je suis resté, car en fin de compte, la seule façon de tenir bon était de souffrir sous ce poids.

 

Résultat de recherche d'images pour

 

Age Genre Ville Pays
21 ans Femme
Célébrité préférée Musique préférée Film préféré Plat préféré
Couleur préférée Le job de mes rêves Emission préférée Loisir préféré


© FEERIK GAMES 2015 - Nous contacter - CGU - Charte des forums - Mentions légales - Mon compte - Règles - Comment jouer - 27/11/2021 18:46:46