Pseudo

Mot de passe

Ton pseudo :Ton email :
Ton mot de passe :Ton année de naissance :








Note Doll
Note Loft
A vie
Cette semaine
2933
2934
0
0

Aucun commentaire

Lire tous les com'z

vampyretai a 14 points de bonté.

vampyretai
Niveau
60
Créatrice Haute Couture
Flash

QSJ à mettre à jour : images

I want to RP ♪ 

 

 

 

Soyez les bienvenues en ma demeure virtuelle. Ici vous me connaitrez en tant que Stramoine, un pseudo bien entendu, mais fidèle à ce que je suis. 

 

 

Chapitre I : A propos de la joueuse

 

Pour les rôlistes les plus impatients, rendez-vous au chapitre II

 

Agée de 25 ans, je subis une passion dévorante pour la littérature. Plus encore, pour les livres. Bibliomane et bibliophile, j'adore ces ouvrages emplis de rêves et jamais ne m'en lasse. J'ai bien entendu quelques préférences, tant pour le contenu que le contenant, mais de manière générale, je lis de tout. J'apprécie également l'Art. Pictural, musical, cinématogtraphique ou encore littéraire. Il m'arrive d'ailleurs de m'y essayer moi-même. Ainsi qu'à l'écriture, d'où ma vocation de rôliste via cette doll. Je suis, en quelque sorte, une grande gamine qui aime toujours jouer à la poupée.

 

Bien entendu, j'ai en matière d'Art quelques préférences.

 

Ainsi, mes goûts musicaux bien qu'étant éclectiques me portent principalement vers les musiques de films (les vraies, celle qui vous font frisonner le poil, voire même pleurer. Hans Zimmer, Murray Gold, Howard Shore, Fernando velasquez pour ne citer qu'eux), les grands compositeurs des siècles passés, et puis aussi, le genre de musique que peu de monde écoute : le metal. Pas le metal comme tout le monde connais hein, le black metal. Bon, c'est vrai, je l'aime aussi épique/folk/ect (Hammerfall, Ensiferum, et compagnie). Mais là, je vous parle plutôt d'Inquisition, Sinister Oath (dont mon Homme est la voix), Armaggedon etc... Ceci dit j'ai aussi des coups de coeur très différents : Phil Collins, JJ Cale, Eric Clapton, JJ Goldman, Francis Cabrel, Cinema Bizarre, Kitaro, Gregorian, etc...

 

Pour ce qui est du domaine cinématographique, là encore je suis eclectique. En fait, je fonctionne au coup de coeur. Ainsi, j'ai beaucoup aimé Star Wars (les premiers, parce que les derniers là, ils sont à chier ! Une daube vous dis-je, à peine digne d'un gamin de cinq ans. Prévisible et ridicule. Non mais vous avez-vu ce "grand méchant" trop pas crédible avec son pif de trente kilomètres de long ? Et ces soit disant héros d'une niaiserie sans borne ?! ... Une calamité...) et quelques autres (pitch black, Alien, Planète hurlante). J'ai littéralement a-do-ré Le Seigenur des Anneaux (qui restera à jamais ma trilogie préférée malgré ses faux raccords qui me piquent les yeux à chaque fois que je les vois), Crimson Peak (un véritable coup de coeur, par un maître du cinéma et avec des acteurs que j'aime énormément !) Sweeney Todd, Big fish... Et bien d'autres, mais arrêtons-nous là pour les films. Les séries, en revanche, je n'aime pas. Mais alors pas du tout. Et pourtant, il y en a quelques unes qui m'ont fascinée, subjuguée. Je vous parle, bien entendu, de la plus grande série de tous les temps (oui oui) : Doctor Who (bon, j'aime aussi ses spin off, je plaide coupable), dont je suis une fan inconditionnelle. Oh bien sûr, là encore j'ai mes petits chouchous (David Tennant et Peter Capaldi en particulier) mais je n'y suis pas trop regardante : j'aime trop cette série ! Et puis, il y a Game of Thrones. Oh, la fin de la saison 5 m'a presque déçue, car la suite devient quelque peu prévisible, mais je peux me tromper, et j'ai terriblement hâte de savoir si mes suppositions sont fondées ou non. Et puis, même si l'auteur des livres semble s'épuiser (hélas, la qualité de ses écrits tend à baisser sur les derniers ouvrages qui se font moins complexes), GoT n'en reste pas moins passionnante. Enfin comme tout un chacun, il y a des acteurs que je préfère de très loins à tous les autres. Mes chouchous, mes CdC, ceux qui me font fondre : Sir Christopher Lee, Alan Rickman, Ian McKellen, Mel Gibson, Peter Capaldi, Tom Hiddleston, John Hurt, Mia Wasikowska, Tilda Swinton, Clint Eastwood.

 

"Non, ce n'est pas parce que je suis fan de Ian McKellen, Christopher Lee et Peter Capaldi que j'ai un truc avec les vieux. {...}"

 

Passons à l'Art pictural. J'aime les oeuvres qui me font rêver, qui m'emportent loin. Loin de la réalité, dans les contrées de li'maginaire. Là, je n'ai que des "coups de coeur". Enfin.. presque, car il y a toujours des préférences. 

Photo : Elnëwelle (une douce et belle amie au talent indéniable). Nahis Von Rosen (Une fort belle dame). Errances Lointaines (une talentueuse photographe et bijoutière). Stef n' fotografi.

Dessin : Erdna AndréAmy BrownAnanyVincent CastigliaJohn AnnaTh'Ink

Je vous parle ici d'artistes contemporains. Autrement, je pourrait ajouter à cette liste Salvador Dali, Claude Monet, Edouard Manet, Pablo Picasso, Thomas Couture, Fritz Zuber-Bühler, et d'autres encore.  

En revanche, pour la littérature... C'est en fait très simple : j'aime absolument (presque) tout. Je les préfères emplis de poésie et de magie, mais j'aime tous les livres qui me passent entre les mains. J'ignore combien j'en ai lu, sans doute beaucoup, et j'ignore plus encore combien j'en possède (plus d'un millier en tout cas) mais je les aime tous. Un livre, voyez-vous, c'est beau. Et puis ça sent bon, ça fleure (du verbe fleurer, synonyme par exemple d'hexaler) bon le rêve et les aventures. J'aime les livres qui me font rire, ceux qui me font pleurer tout du long, ceux qui me révoltent, ceux qui me transportent loin dans le monde des rêves, ceux qui me font rêver d'ailleurs, qui me parlent, qui me font me hérisser le poil au fil des pages, ceux qui me font me coucher avec une boule d'angoisse dans l'estomac, ceux qui me font sourire simplement... Vous parler de chaque ouvrage lu serait trop long, mais il y en a que tout le monde devrait lire une fois dans sa vie (mais ce n'est là que mon humble avis). Les voici : 

 

* Le chant du Troll. Ecrit par Pierre Bottero (R.I.P.), Le chant du Troll vous fera découvrir la naissance d'un monde nouveau. Il vous fera contempler le Basculement à travers les yeux d'une enfant rêveuse. Ce livre a été pour moi une véritable Epiphanie. Mis en valeur par les délicates illustrations de Gilles Francescano, Le chant du troll parvient toujours à me tirer quelques larmes même après des années de lecture intensive. Un joyau de poésie, l'oeuvre maîtresse de feu Pierre Bottero. 

 

* L'ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. Un roman historique plein de magie, de romance et de littérature qui vous fera découvrir Barcelone à travers les yeux d'un amoureux des livres, parti à la recherche d'un auteur disparu. Vous y découvrirez le cimetière des livres oubliés, un lieu féérique qui saura vous enchanter. 

"Chaque livre a une âme. L'âme de celui qui l'a écrit, et l'âme de ceux qui l'ont lu, ont vécu et rêvé avec lui."

 

"Rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s'ouvre vraiment un chemin juqu'à notre coeur. Ces premières images, l'écho de ces premiers mots que nous croyons avoir laissés deriière nous, nous accompagnent toute notre vie et sculptent dans notremémoire un palais ou tôt ou tards - et peu importe le nombre de livres que nous lisons, combien d'univers nous découvrons-, nous reviendrons un jour."

L'ombre du vent est de ces livres là, qui s'ouvrent à vous et vous hantent toute votre vie. De ces livres que vous ne pourrez oublier. Là aussi, vous tenez un joyau de poésie pure et je ne saurai que trop vous le conseiller. 

 

*Le Seigneur des Anneaux, de J.R.R. Tolkien. Ai-je vraiment besoin de vous expliquer pourquoi ?

 

*La Compagnie des Glaces. Ecrite G-J Arnaud, cette série forte de 98 épisodes est longue. Trèèèès longue. Plus c'est long plus c'est bon. J'aime la longueur. Et ce d'autant plus que la Compagnie des glaces, en plus d'être la série la plus longue jamais écrite par un seul et même auteur, ne s'essouffle même pas au fil de tous ces épisodes. SF, roman de gare, polar et roman noir à la fois, La compagnie des Glaces à tout pour plaire. 

 

* Poèmes saturniens (et autres recueils du même auteur). Paul Verlaine. Maître en la matière, poète maudit, j'aime ses oeuvres pleines de sentiments, sa plume flide et musicale. Poésie mon amour....  

"Va, l'étreinte jalouse et le spasme obsesseur

Ne valent pas un long org.asme, même qui mente !"

 

* Les chron.iques de Gor, par John Norman. Une bien longue saga, mais qui jamais ne s'épuise en trop de redondances. Certe un poil machiste, ce n'en est pas moins philosofique. Avec juste ce qu'il faut d'érotisme mais pas trop, et beaucoup de science-fiction/fantasy. Des peuples ayant un mode de vie plus ou moins moyen-âgeux, des exploits héroïques... Encore une fois, il y a là tout pour plaire ! 

 

* Le livre du voyage, de Bernard Werber. Auteur de la célèbre trilogie des Fourmis, de l'Arbre des possibles et autres ouvrages tous très intéressants. Auteur aussi d'une citation que j'aime beaucoup : "l'amour pour épée, l'humour pour bouclier." Le livre du voyage n'est pas un livre comme les autres. C'est un ami. Un ami qui vous entrainera dans un passionnant voyage intérieur en t^tete à tête avec vous même. Un ouvrage formidable que je ne peux que vous conseiller. 

 

Arrêtons-nous là, avant d'en dire trop (si ce n'est pas déjà le cas mais sachez amis, que vous pouvez vous passer de lire tout ce blabla égocentrique). 

 

Dôtée d'une grande timidité, je n'en suis pas moins mariée. Ce qui bien entendu me prend du temps. Par ailleurs, je me trouve être l'heureuse propriétaire d'un chat trisomique demandant énormément d'attention. Une charmante boule de poils et de ronrons qui a pris l'habitude de nous embêter lorsque nous regardons la télévisions ou tentons d'utiliser notre ordinateur.

Voilà pour ce que j'apprécie. Quand à ce qui me déplait... la politique, les inquisiteurs, la violence gratuite, etc... Mais ne nous attardons pas là dessus.

 

En ce moment :

* Un roman (ou plus) : "Miracle de la rose" par Jean Genêt. Un roman semi autobiographique où l'auteur nous livre ici toute son excellence et son génie littéraire. Il s'agit de l'un des plus beau roman d'amour que j'aie pu lire, au même titre que "Ô Verlaine" de Jean Teulé. Ce ne sont pas des romans d'amour conventionnels. Ici, pas d'histoire à l'eau de rose, pas de ***s humides sur fond de coucher de soleil au bord de la plage, oubliez également les scènes érotiques à base de corps entremêlés et de soupirs langoureux. Oubliez tout ça. Ici, on ne vous parle pas de cet amour là. Ici, on vous parle de ces amours qui transcendent les codes, oscillant sans cesse entre l'ignoble et le sublime. 

A travers le miracle de la rose, Jean Genêt nous conte sa vie dans l'univers carcéral. Une vie pas toujours facile, parfois dure. Et pourtant, au mileu de cette existence parfois rébarbative, au milieu de ce la confusion criminelle, l'auteur nous livre avec une poéise désarmante sa découverte de l'amour dans un milieu où les hommes se voient quelques minutes à peine à travers leurs barreux, pour s'égenger des cigerettes etc... Tantôt amant, époux et amoureux mystique, l'auteur nous laisse à la découverte d'une réflexion que l'on peu qualifier de quasi théologique. Ce n'est pas une lecture facile, il s'agit d'un récit quelque peu dérengeant par certains côtés. Mais je ne regrette pas cette découverte. Quelle surprise quand j'ai ouvert ce livre, trouvé par hasard dans la bibliothèque de mon père qui n'est pourtant pas du genre à s'adonner à de telles lectures ! Dérengeant, touchant, incroyablement poétique. Ce récit est un oxymore à lui seul. Brut, simple. Un véritable miracle littéraire. Bouleversant. 

Les portraits des bagnards se succèdent au fil du récit, l'auteur fait naître sous nos yeux ébaubis la poésie de la stupre et de la saleté. On le suit de ses premières années au bagne, à travers ses errances et ses réflexions quasi théologiques sur la condition humaine... 

Ma dernière lecture de cet ouvrage remontant à plus de sept ans, je n''ai pas tout le récit en tête et ne pourrai malheureusement vous en dire plus. Néamoins j'ai un excellent souvenir de ce livre et ne peux que vous en conseiller la lecture.

 

Et puisque j'ai mentionné, en même temps que "Miracle de la rose" un autre fabuleux roman d'amour, permettez-moi de vous présenter "Ô Verlaine", par Jean Teulé.

Jean Teulé est un auteur que j'apprécie beaucoup. Je l'ai découvert avec "Le magasin des suicides" (vous connaissez peut-être le film d'animation éponyme), une farce grinçante et déconcertante bourée d'humour noir. Et qui use son thème jusqu'à la corde -de pendu-. Mais là n'est pas la question. 

Puis je suis tombée amoureuse de sa plume (sa VRAIE plume, car si chouette qu'il puisse-être, "Le magasin des suicides" n'est définitivement pas à la heuteur de ses autres écrits) à travers "Rainbow pour Rimbaud". Un roman d'un auteur que j'apprécie, à propos d'un poète que j'admire, comment eussé-je pu passer à côté sans le lire ? Bref. Lecture étrange s'il en fut, je n'en ai pas moins adoré ce roman. Alors pensez-vous, quand je suis tombée nez à couverture avec "Ô Verlaine", j'ai sauté sur l'occasion. 

J'ai dévoré ce récit d'une traite, et l'ai relu de suite après. 

Ici, Jean Teulé dresse un portrait émouvant et coloré du Pauvre Lelian. Poète maudit s'il en est, amant frénétique et désordonné, alcoolique notoire, grandiose, qui oscilla jusqu'à sa mort entre l'ignoble et le sublime (pour reprendre les mots de l'auteur). 

Nous y voyons le poète à travers les yeux d'un jeune graçon de ferme admiratif qui deviendra son "ange gardien", suivant les dernières années de vie de cet homme aussi instable que génial. Ici l'on ne vous parlera pas de sa relation chaotique avec Arthur Rimbaud, on ne vous parlera pas de ses premières années de poésie. Ici, seul le surréalisme de ses derniers mois. Les plus intenses. 

Ici, Jean Teulé nous conte brillement, avec humour et sensibilité, le parcours hors normes d'un génie incompris qui ne cessa d'aimer surtout la vie, mais mal, avec frénésie. Le récit est entrecoupé de gravures représentant le Pauvre Lelian, mais aussi et surtout de ses poèmes. 

Encore toute étourdie par cette lecture que j'aime tant, je vous avous avoir du mal à trouver les bons mots pour vous en parler. Vraiment, "Ô Verlaine" (dont le titre est fort à propos) est le plus beau roman d'amour que j'aie pu lire : celui, admiratif, qu'un homme porte à un grand poète. 

 

* Une BD/un comics : Ekhö monde mirroir. Par le créateur de l'univers de Troy (Lanfeust, Lanfeust des étoiles, Lanfeust odyssey, Trolls de Troys, etc...). Nous suivons les aventures d'une jeune fille, Fourmille Gratule, qui lors d'un voyage vers New York se retrouve projetée, ebarquant bien malgré elle son voisin de siège, dans un univers parralèle dirigé par d'étranges petites boules de poils amatrices de thé : les preshauns. Outre le fait qu'ils ne puissent plus retourner sur leur Terre d'origine, Fourmille et Yuri vont très vite s'apercevoir que leurs ennuis ne font que commencer lorsque la jeune femme se trouvera possédée par l'esprit de sa défunte tante, Odelalie Gratule. Ils découvriront également que les preshauns ne sont pas ce qu'ils semble être au premier abord, et que Ekhö est plus complexe et en même temps plus proche de la Terre qu'il n'y parait. 

Bref, je ne vais pas vous en dire plus que le premier volume, je ne veux pas vous gâcher la lecture. 

Côté graphisme, on trouve certaines ressemblances avec l'univers de Troy bien que ce soit aussi très différent. Les dessins sont agréables, colorés sans être agressifs pour autant. Et surtout, loin du style "manga" que l'on trouve de plus en plus dans nos BD occidentales. Ici, pas d'yeux trop grands qui mangent le visage des personnages, de tête trop grosse par rapport au corp, pas de bouche représentée par un simple trait quasi invisible. J'aime les manga, mais trop, c'est trop et j'en ai ras le bol d'en voir absolument partout. Mais là n'est pas la question et il ne s'agit bien sûr que de mon avis personnel. Bref, les graphisme de Ekhö sont franchement sympa.

 

On retrouve également l'humour tant apprécié dans l'univers de Troy au travers de petits jeux de mots glissés de ci de là, ce qui apporte une fraicheur bienvenue à la BD déjà bien légère. 

L'histoire est rigolote, les personnages sont ballottés à travers de drôles de situations etc... En fait, je n'ai qu'un reproche : trop de seins et de fesses. Il y est trop question de s*xe. Et ça, c'est vraiment dommage. J'adore les quiproquos, les situations ambigües etc, mais là il y en a vraiment beaucoup trop. On insite dessus, on y revient toutes les deux pages voire plus. Evidemment ça ne gêne en rien la lecture, ni l'avancement de l'histoire et je dois admettre que c'est même plutôt amusant. Seulement, un peu trop redondant à mon goût et on pourrait largement se passer de certaines scènes. 

Ceci étant, Ekhö reste un univers à découvrir si vous avez envie d'une lecture rafraichissante.

 

* Un film/une série : "Dracula", la nouvelle série de Mark Gatiss et Steven Moffat. J'ai adoré leur travail sur Doctor Who et sur Sherlock, là je suis tombée amoureuse de cette nouvelle interprétation du célèbre travail de Stoker. Même format que Sherlock, seulement trois épisodes. Et Dieu sait combien ces épisodes semblent court tellement ils sont accrocheurs. 

Ici, les personnages sont campés par des acteurs que l'on ne connait pas forcément (du moins en France), et je dois bien avouer que c'est un choix particulièrement judicieux qui nous offre un changement rafraichissant. Exit les Brad Pitt et Angelina Jolie que nous n'avons que trop vus dans divers rôles, exit les Sophie Turner et Kit Harington de la nouvelle générations avec leurs gueules de jeunots. On nous présente ici un Claes Bang absolument magistral dans le rôle de Dracula, à mon sens le meilleur depuis Sir Christopher Lee (et comme vous le savez, j'admire énormément cet homme). Prestance, charisme et jeu d'acteur... tout est là pour vous faire succomber au charme ténébreux du personnage. Caes Bang est ici accompagné de la charmante Dolly Wells qui tient le second rôle principal en tant que membre de la famille Van Hellsing, que vous aurez peut-être déjà vue notemment dans Orgueil et Péjugés et Zombies, Bridget Jones ou Les Mystères de Sherlock Holmes. Et, si j'avoue avoir été septique les premiers instants, force m'est de reconnaître qu'elle n'a rien à envier à son partenaire. Bref, pour ne pas m'étaler encore d'avantage, je résumerai en vous disant juste ceci : "Dracula" présente des acteurs trop peu connus ici et renouvelle avec brio un mythe dont on ne se lasse pas.

 

 

* Une musique : "Dirty Witch" de Egypt. Que dire... Je connaissais déjà certains titres du groupe mais c'est une personne chère à mon coeur qui a récemment porté mon attention sur ce morceau datant de 2009.

Les paroles sont belles, envoûtantes. La musique est à la fois lascive et fougeuse. Dès les premières notes, elle nous rentre sous la peau, nous envahit jusqu'au coeur et aux tripes. On se sent palpiter à son rythme. Par moment, l'impression que s'en dégage un petit quelque chose de malsain. Impression vite dissipée par la voix qui nous transporte loin. 

Dirty Witch est un morceau superbe, mené d'une main de maître. Si je devais n'utilisé qu'un mot pour le décrire : Transcendant. 

En l'écoutant, je crois que je pourrais revenir à l'état sauvage. J'adore cette musique, toutes les sensations qu'elle fait naître en moi. Elle me donne envie de rester allongée là à l'écouter sans fin, envie de hurler, de ***. De me vautrer dans la luxure. Dirrty Witch me procure la sentation de m'abandonner à ce qu'il y a de plus "sauvage" en moi, de m'adonner à mes instincts les plus primaires. C'est un morceau véritablement envoûtant, un chef d'oeuvre. 

 

Passons donc à la partie R.P.G. (sachant que je reste ouverte à toutes discussions).

 

P.S. : Que l'on soit bien d'accord. Plus vous me demanderez de +2, moins j'aurai envie de vous en offrir. De même, je vous saurai gré de ne pas me laisser de publicités pour vos agences etc... Je tolère les pub en rapport avec les jeux de rôles puisque cette doll est consacrée principalement aux R.P.G, mais guère plus. Merci de votre compréhension. Enfin, ne soyez pas étonné de vous retrouver parmis mes amis : outre les dollz avec qui j'écris des jeux de rôles, j'ai tendance à y placer les dollz dont j'admire le travail pour les retrouver plus simplement. 

 

 

 

 

 

 

Chapitre II : A propos des jeux de rôles

 

Avant toute chose : Je ne vous dit pas cela par méchanceté ou autre, mais si vous n'êtes pas du genre patients je vous invite à passer votre chemin. En effet, mes délais de réponses sont honteusement longs (et je m'en excuse sincèrement) (mais je préfère privilégier la qualité à la rapidité)

 

Je pensais faire une mise en page bien soignée et travaillée avec tout ce qui concerne les jeux de rôles, avec une brève présentation de chaque personnage jouable. Mais après réflexion il me paraît plus simple de vous diriger sur le site créé spécialement, où vous trouverez plus d'informations sur mes créatures que si je vous en faisais un résumé ici. 

 

Ainsi si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à cliquer sur le logo ci-dessous pour les rencontrer. 

 

Au plaisir de vous lire.

 

P.S. : Ayant à faire à une personne d'une timidité maladive, n'hésitez pas à faire le premier pas pour un jeu de rôle si le coeur vous en dit ;-)

 

 

Note sur les effigies de mes personnages :

 

Violaine est Nahis Von Rosen

Morgan est Dark Wolf

Tristan, Lucille et Théodore : Trou de mémoire, je me lance dans les recherches.

 

 

 

 

En ce moment :

 

* 5 personnages jouables

* 1 R.P.G. avec rpg---fantastique ("Le monstre")

* Recherche d'un R.P.G. 

* Création d'un éventuel sixième personnage 

 

« Il n'avait pas l'air d'un monstre. Mais le problème des monstres, justement, c'est qu'ils n'ont pas la tête de l'emploi. »

Merci rpg--fantastique. Je me permet de citer ta phrase, j'espère que tu ne m'en veux pas ♥

 

 

 

Chapitre III : Pensées en vrac

 

"Pensée d'un cy***" - ou le résumé parfait de ce que je pense du prince charmant. Merci Y. pour ce texte qui reflète parfaitement les faits. Merci mon amour pour cette leçon que jamais ne n'oublierai. 

 

"C'est drôle les cons. Ca repose, c'est comme le feuillage au milieu des roses" - Serge Reggianni. 

 

"La vies est un cadeau que l'on ne peut refuser, la mort est un chemin que l'on doit emprunter" - Q.


 

 

Chapitre IV : Dans un trou vivait un hobbit

  Pièces achevées

 

 Loft : Steampunk lolita  

 Chambre meilleure amie : Romance  

 Arc-en-ciel : Et in Arcadia ego (Lady Stramoine* et la Mort)  

 Crypte : Le fantôme des amours passées **   

 Palais : Lady & Lord Beast ; Bibliothèque de la Bête***  

 Cuisine : Violaine 

 Salon 2 : Lucille et la Comtesse (Rp Imaginovore) 

 Terrasse : Tristan & Etheos (Rp Broadwell - La demeure du monstre)  

 Studio photo : Lady Bang ****  


  Pièces en travaux

 

 Château hanté - ♪ 

 Citadelle ♪ 

 Pays des merveilles ♪ 

 Manoir : ♪ 

 Chalet de Noël : 

 Halloween : 

 Ciel : La papesse des ombres

 Château dormant : 

 Atelier de couture : Créations diverses

 Noël : Helga (Personnage rpg en cours d'élaboration)

 Forêt : 

 Manoir vampire : 

 Nuage :



 

  Références :

 

* Personnage inspire du roman "La guerre des fleurs" écrit par Tad Williams. Mort à retravailler.

** Hommage et référence à l'épisode "Le fantôme des Noëls passés" de Doctor Who, écrit par le talentueux Steven Moffat.

*** Libre ré-interprétation du conte bien connu "La Belle et la Bête". Et au lieu de re-transformer son prince, la Belle devenait Bête aussi ?

**** Libre interprétation du personnage éponyme de la série "Les foulards rouges" de Cécile Duquenne.

 

 

  Inspirations à développer:

 

 

 La chevauchée des Walkyries

Age Genre Ville Pays
28 ans Femme France
Célébrité préférée Musique préférée Film préféré Plat préféré
Christopher Lee Metal - Baroque Vol au dessus d'un nid de coucous
Couleur préférée Le job de mes rêves Emission préférée Loisir préféré
Violet - Noir - Bleu Romancière / Editrice Doctor Who Lecture - Art


© FEERIK GAMES 2015 - Nous contacter - CGU - Charte des forums - Mentions légales - Mon compte - Règles - Comment jouer - 07/07/2022 16:36:03